Actualités

Sport pour tous, tout pour le sport !!!


Madame la Présidente, Monsieur le Président, Chère Amie, Cher Ami,


Alors qu’il s’est mobilisé pour l’obtention des Jeux Olympiques et Paralympiques à Paris en 2024, alors qu’il était en droit d’attendre qu’un élan et une impulsion exceptionnels viennent accompagner le succès historique du 13 septembre 2017, le mouvement sportif français dans son ensemble a dû subir de plein fouet la diminution drastique des emplois aidés, ainsi que celle de la part territoriale du CNDS.


Le désarroi ainsi créé aurait pu être effacé si les perspectives 2019 s’étaient annoncées plus souriantes. Pour autant, si les travaux sur la gouvernance du sport ont débouché sur un large consensus à l’idée de créer une Agence nationale associant équitablement Etat, collectivités territoriales et mouvement sportif, avec une participation du monde économique, le sport a du mal pour l’instant à être un enjeu pour la France.


Pourtant, nul doute de son apport tant sociétal qu’économique. Sans clubs et sans éducateurs, pas de champions, pas d’Equipe de France mais aussi pas d’éducation, pas de santé par le sport, pas de lien social, pas d’intégration, bref pas de valeurs sociétales que chacun attribue au sport mais qu’il n’est possible de transmettre que s’il existe des clubs et des éducateurs tant bénévoles que professionnels.


Si le club doit s’adapter aux évolutions de demande de pratique et à un monde en plein bouleversement, néanmoins ses fondamentaux demeurent plus que jamais. Conforter son rôle sociétal doit être une priorité tant de l’Etat que des collectivités territoriales. Pour ce qui concerne ces dernières vous savez tous qu’elles sont le premier financeur du sport francais avec un engagement à hauteur de 13,5 milliards d’euros pour leur ensemble.


Si la participation de l’Etat est difficilement comparable à cet engagement, elle est pour autant indispensable pour illustrer l’importance qu’il accorde au sport et montrer la voie à suivre. Les collectivités territoriales seront d’autant plus sensibles à la cause sportive que l’Etat lui-même leur en montrera le chemin.


C’est pour demander que le mouvement sportif bénéficie de moyens à la hauteur de ses apports humains, économiques et sociétaux que nous devons tous ensemble nous mobiliser pleinement et fortement pour assurer le succès de cette pétition nationale : plus il y aura de signatures, plus cela renforcera la Ministre des sports dans son rôle au sein du gouvernement, les Parlementaires pour défendre le mouvement sportif à leur niveau et ceux qui sont en charge des sports au sein de la région, du département , de la commune ou des communautés de communes pour en faire de même.


Le texte de la pétition, voir ci-dessous, s’est voulu court et consensuel pour permettre à chacun d’entre vous de signer et faire signer un maximum de personnes.


Il y a 180 000 associations sportives affiliées dans 90 fédérations membres du CNOSF. Cela fait du mouvement sportif le premier des mouvements associatifs du pays.


Le moment est venu de montrer à travers notre mobilisation que le sport compte et qu’il doit être soutenu pour pouvoir compter de plus en plus. Nous serons regardés attentivement tout au long des jours qui viennent et en particulier en ce week-end de lancement puisque la pétition sera officiellement ouverte le vendredi 21 septembre à midi, sur le site franceolympique.com. Dès cette date, connectez-vous, signez, partagez, et faites signer la pétition.


Je compte sur chacune et chacun d’entre vous et vous remercie par avance pour votre mobilisation


Philipp MONTAGUT, Président du CDOS30


Pétition nationale


Sport pour tous, Tous pour le sport !

#LeSportCompte


Nous, sportifs, dirigeants de clubs, bénévoles, passionnés, citoyens :

Demandons que le sport bénéficie de moyens à hauteur de ses apports humains, économiques et sociétaux.


Pour que le sport compte, je signe.

Pétition électronique sur franceolympique.com



Le sport compte !!!


Quelques jours après le congrès du CNOSF, qui a réuni 82 fédérations dont 34 olympiques (sur 36) et 65 CROS et CDOS, participation illustrative de la mobilisation et des enjeux actuels, le CNOSF a tenu, mardi 4 septembre 2018, une conférence de presse consacrée à la question du financement du sport français.


En présence de nombreux présidents de fédérations et de Parlementaires, au nombre desquels, Marie-George Buffet, ancienne ministre des Sports à l'origine notamment de la taxe éponyme qui permet l'expression de la solidarité entre sports amateur et professionnel, Denis Masseglia a affirmé que « Le sport peut et doit se financer».


« Le sport peut et doit se financer. »

Denis Masseglia


Estimant que « le financement est illustratif de l’importance d’un secteur d’activité dans l’économie de la nation, mais aussi du reflet de la considération qu’on lui porte », le président du CNOSF a d'abord introduit une étude commandée au Centre de droit et d'économie du sport de Limoges intitulée « les effets du mouvement sportif sur la société française et son économie ». Au regard du poids du mouvement sportif amateur et du sport professionnel, ainsi que de la consommation des licenciés, l'étude estime que le mouvement sportif français pèse 11,69 milliards d'euros, hors valorisation de la ressource humaine bénévole, appréciée dans une fourchette située entre 5 et 10 milliards d'euros.


Découvrez la présentation de l'étude sur les effets du mouvement sportif sur la société française et son économie réalisée par le CDES de Limoges.

Avec les droits télévision, les retombées des événements sportifs, les salaires des athlètes, les paris sportifs et une pratique qui « explose tous azimuts » pour Denis Masseglia, force est de constater que « l’économie du sport a changé au même titre que la société a évolué ». Et pourtant, le manque de retour sur investissement interroge et inquiète : « La base sportive, clubs et bénévoles, doivent-ils être les oubliés de cette croissance ? Non, bien sûr, parce que sans eux, pas de champions, pas d’équipe de France mais aussi pas de lien social ou d’éducation par le sport. ».


LE SPORT COMPTE !


Le président du CNOSF l'affirme, au vu des évolutions récentes : « ce qui n’était pas possible il y a quelques années l’est aujourd’hui : le sport peut et doit financer le sport (...) la base sportive a besoin de reconnaissance et de considération à un moment où elle est en plein désarroi alors que le Sport ne s’est jamais aussi bien porté [et] de moyens pour continuer sa mission, celle de former des Hommes, des Femmes et des Citoyens, celle de permettre à chacun de s’épanouir à tous les âges de la vie ».


En ce sens, Denis Masseglia s'est fait l'écho des préoccupations de l'ensemble des acteurs de terrain du sport en France en demandant à ce que les taxes affectées au sport soient déplafonnées. Les 385 millions d'euros que cela représenterait en 2018 permettraient, dans le cadre de la nouvelle gouvernance partagée du sport, qui fait désormais consensus entre les parties prenantes (État, collectivités territoriales, mouvement sportif et monde économique), d'assurer aux clubs et à ses dirigeants, les moyens de leurs actions, au bénéfice de tous.


Pétition - Sport pour tous, tous pour le sport


Au cours de la conférence de presse, Denis Masseglia a expliqué avoir été reçu la veille par le Premier Ministre et ses collaborateurs pour évoquer les sujets de gouvernance et financement du sport.

« Le Premier Ministre a modifié son agenda pour pouvoir participé durant trente minutes à la discussion. Nous avons apprécié sa présence comme il se doit et voulons y voir aussi une volonté d’ouverture et de co-construction », a-t-il ainsi expliqué, poursuivant : « Alors, puisque le Gouvernement a ouvert la porte à la discussion constructive, nous allons participer comme nous l’avons toujours fait, mais nous allons le faire aussi en restant mobilisés. Le congrès du 29 août a décidé à l’unanimité de lancer une pétition nationale, nous allons toutefois attendre la fin des arbitrages budgétaires avant d’en finaliser le texte et d'éventuellement la lancer. Parce que nous sommes tous des inconditionnels de la complémentarité du sport d’élite et du sport pour le plus grand nombre, nous avons fixé le titre de cette pétition : SPORT POUR TOUS, TOUS POUR LE SPORT !. »

Ce message, le CNOSF propose au mouvement sportif de l'accompagner d'un credo fort, formé en hashtag et à même de sensibiliser l’opinion sur le phénomène sport : #LeSportCompte !

 


#LESPORTCOMPTE ! : À PARTAGER SANS MODÉRATION !


La VAE militante, un atout pour les bénévoles, salarié-es, volontaires des associations


L’expérience associative est source d’acquisition de nombreux savoirs et de

savoir-faire.

Vous souhaitez :

• Sécuriser votre parcours d’engagement,

• Réussir votre insertion professionnelle,

• Accéder à une promotion sociale.

Valoriser votre expérience associative

par un diplôme, c’est possible !

En savoir plus


Le centre de ressources sur la VAE militante


La Validation des Acquis de l’Expérience (VAE) est un droit selon lequel l’activité de travail, et plus largement, l’activité sociale, bénévole, associative, syndicale et politique, permet d’acquérir des savoirs et des savoir-faire distincts de ceux acquis dans le système de formation initiale. La VAE consiste à faire reconnaître officiellementces acquis par l’obtention de tout ou partie d’une certification.

La VAE militante correspond à des attentes et des besoins. Mais l’expérience militante est complexe à identifier et la démarche de validation est parfois difficile. C’est pourquoi, l’Institut Régional du Travail d’Occitanie a créé un centre de ressources sur la VAE militante, destiné aux syndicalistes, bénévoles et salarié.es associatifs, élu.es, qui vise à :


• Augmenter les chances de réussite de la démarche VAE ;

• Favoriser la promotion sociale par l’accès à la certification ;

• Sécuriser les parcours d’engagement et les parcours professionnels ;

• Valoriser les aspects formateurs et émancipateurs de l’engagement citoyen


et renforcer son attractivité ;


• Répondre aux besoins de renouvellement des équipes syndicales, du mouvement

associatif et des exécutifs locaux ;

• Produire des connaissances sur les pratiques des certificateurs et sur l’engagement

Militant.


Le centre de ressources sur la VAE militante est une structure qui fédère à la fois des opérationnels en VAE (espace conseil VAE, certificateurs, valideurs ) et des financeurs de la démarche VAE. Ce réseau de relations sociales est organisé au service des militant.es candidat.es à la VAE.


Le centre de ressources sur la VAE militante, c’est :

• Un lieu d’accueil et d’information dédié aux syndicalistes,

bénévoles associatifs, élu.es ;

• Un lieu de mise en commun des expériences des candidat.es engagé.es

dans la démarche de VAE à travers des réunions régulières, une permanence

téléphonique, une plate-forme participative numérique,

• Un lieu de coopération des acteurs opérationnels en VAE mobilisés pour apporter

des réponses sur mesure aux candidat.es ;

• Un accompagnement personnalisé des candidat.es au plus près de leur cheminement

• Un suivi spécifique des militant.es dans leur département de résidence par les espaces conseil VAE qui identifient leurs acquis, repèrent les certifications correspondantes, étudient l’opérationnalité des projets.


Partenaires du centre de ressources sur la VAE militante de l’Institut Régional du Travail d’Occitanie :

Région Occitanie, DIRECCTE, DRJSCS, CGT, FO, CFDT, mouvement associatif régional, élu.es, espaces conseil

VAE, cellules VAE des universités (Toulouse 1 Capitole, Toulouse 2 Jean Jaurès, Toulouse 3 Paul Sabatier), de l’IPST/

CNAM, DAVA, FONGECIF, AGEFOS-PME, CARIF-OREF Occitanie, UNIFORMATION, CNFPT, AFPA…


Contact pour plus d’information :

IRT : 05 61 50 47 41 / 05 61 50 25 74 / 06 09 06 08 31


Formez-vous au BPJEPS


Le Comité Régional Sports pour Tous  organise une formation BPJEPS APT Activités Physiques pour Tous

Les tests de sélections se dérouleront le 3 décembre 2018 pour une entrée en formation le 7 janvier 2019.

Plus d'informations. au 04.67.82.16.79.

Par mail à formationoccitanie@sportspourtous.org

Comité Régional Sports pour Tous Maison Régionale des Sports 1039 rue Georges Méliès - CS 37093 34967 Montpellier cedex 2 Retrouvez-nous sur notre site : https://cr.sportspourtous.org/occitanie


Obtenir la plaquette


Toutes à l’eau avec la FFESSM


La FFESSM organise séances de baptêmes de Plongée pour les femmes.

* Samedi 29 septembre à 11h à Aquatropic à Nîmes et Dimanche 30 septembre à 14h à la piscine toboggan à Alès


Inscriptions au 04 66 60 97 38


Un congrès pour l’avenir pour le CNOSF


Dans la continuité de la phase de concertation relative à la nouvelle gouvernance du sport lancée en novembre dernier par la ministre des Sports, Laura Flessel, le mouvement sportif s’est réuni dans le cadre d’un Congrès exceptionnel, mercredi 29 août 2018, à la Maison du sport français.

L’ensemble des fédérations et membres du Comité national olympique et sportif français (CNOSF), ainsi que les entités déconcentrées de celui-ci (CDOS /CROS/CTOS), avaient été conviés dans le but d’échanger collectivement sur le rapport final et ses propositions, une soixantaine, et cela dans un contexte de forte interrogation autour des moyens, financiers notamment, mis à disposition.


Alors que la dynamique est unique, avec l’attribution des Jeux Olympiques et Paralympiques à la France et à Paris, l’organisation de nombreux grands événements internationaux sur le territoire, le rayonnement exceptionnel des équipes de France et la projection concertée et harmonieuse vers un nouveau mode de fonctionnement, les signaux transmis par l’Etat, notamment la baisse drastique des emplois aidés et la diminution des crédits du Centre national pour le développement du sport (CNDS), inquiètent sur la possibilité pour le sport français d’avoir les moyens de ses ambitions.


A l'invitation de Denis Masseglia, président du CNOSF, le mouvement sportif avait donc rendez-vous pour rappeler l’important travail réalisé sur la gouvernance, débattre des propositions les plus sensibles, évoquer la question centrale du financement et envisager les actions futures à entreprendre.

Lire la suite


18ème colloque de lutte et de prévention contre le dopage : les actes


Pouvez-vous nous présenter le colloque et ses enjeux

Nous avons organisé cette année le 18e colloque de lutte et de prévention contre le dopage, un rendez-vous important, désormais inscrit dans le temps. Pour la commission médicale du CNOSF, la santé du sportif est une priorité et cela passe en particulier par le prévenir des dangers du dopage.

C’est le seul colloque international sur le dopage qui a lieu sur le territoire français. Il est organisé par le CNOSF en pleine collaboration avec le ministère des Sports et l’Agence française de lutte contre le dopage. On y aborde de sujets très variés et d’actualité, aussi bien que des sujets de fond.


Par exemple ?

Cette année, nous avons notamment abordé la question de la perte, en 2017, de l’agrément du laboratoire de Chatenay-Malabry. Le professeur Michel Audran est venu nous expliquer pourquoi le laboratoire avait été désaccrédité et comment il avait été réintégré aussi rapidement.

Au niveau international, nous avons également eu le plaisir de compter la présence de Benjamin Cohen, directeur de l’Agence européenne de l’Agence mondiale antidopage et qui va devenir directeur de l’organisation indépendante qui va faire les contrôles pendant les JO.

Nous retrouvons bien ici l'association de l'actualité, avec le cas du laboratoire de Chatenay, mais aussi du futur, avec cette agence indépendante qui fera les contrôles anti-doping pour le CIO et pour les grandes organisations.


Cette présence d’un acteur international est-elle exceptionnelle ?

C’est une habitude. On invite pratiquement à tous les colloques des gens venus de l’international, que ce soit des gens de l’UCI, de l’AMA ou d’autres institutions internationales luttant contre le dopage pour qu’ils nous expliquent leur expérience. C’est appelé à se renouveler et à s’amplifier puisque la volonté de tous les acteurs c’est que ce colloque devienne un rendez-vous marquant au niveau européen et des pays francophones bien entendu.


Le colloque met également en avant l’expertise et le partage d’expérience des premiers concernés, les sportifs qui informent aussi parfois sur des évolutions techniques ou institutionnelles…

Complètement ! Cette année nous avions Romain Girouille, président de la commission des athlètes créés à l’AFLD et qui est venu nous expliquer pourquoi l’agence avait créé cette commission, à savoir pour défendre les intérêts des athlètes auprès de cette institution qui gère à la fois les contrôles mais aussi jusqu’à présent les sanctions.


Découvrez les actes de 18ème colloque














Contact


CDOS30 : tel 04 66 38 26 36, - Fax 09 70 62 32 47

secretariat.cdos.gard@orange.fr


A propos


Le CDOS30 (Comité Départemental Olympique et Sportif du Gard est une instance déconcentrée du CNOSF (Comité National Olympique et Sportif Français)


 

© 2018 cdos30 - création Serge GRISSI serge.grissi@wanadoo.fr - Mentions légales